Pourquoi la Messe pour les défunts?

0
39

Voici venu le mois de novembre encore appelé mois des défunts. Une occasion pour nous chrétiens, de se souvenir de tous les défunts de nos familles. Mais cependant un constat est fait : le fidèle a perdu la notion d’inscription des messes pour les défunts, parfois même il les inscrits dans un élan de commodité sans se soucier du pourquoi ni du comment, D’où la problématique sur le purgatoire et les biens fondés du culte des messes pour les défunts. Entretien avec l’Abbé pierre Lucien BETENE, aumônier des forces armés et police.

Ady: Mr l’Abbe pourquoi une prière pour les défunts ?

M. l’Abbé Lucien BETENE

Abbe Betene : La prière pour les défunts est une très ancienne tradition de l’Eglise qui trouve ses racines dans l’Ancien Testament.  Pour conquérir son indépendance culturelle et religieuse, le peuple juif, sous la direction de Judas Maccabée et sa famille se révolta contre le roi Antiocus IV. C’était au 2e siècle avant Jésus-Christ.  Il y eut des combats féroces.  Au cours d’un de ces combats, des soldats du camp juif tombèrent. Le lendemain du sabbat, leurs camarades survivants allèrent pour prendre leurs corps et les enterrer.  Mais surprise, ils trouvèrent sous les tuniques de chaque mort des fétiches dédiés aux idoles. Tous comprirent alors pourquoi ils étaient morts.  Après avoir prié, Judas Maccabée organisa une collecte qu’il envoya à Jérusalem  pour qu’on offre un sacrifice à l’intention des frères décédés. Dès ses débuts, se souvenant de cet évènement, l’Eglise a pris l’habitude de prier pour ses défunts.  C’est dans ce cadre que l’inscription des messes pour les défunts est toujours d’usage aujourd’hui, surtout en ce mois de Novembre. A cela s’ajoute une réalité proprement chrétienne, c’est la communion des saints, c’est-à-dire les fidèles du Christ encore en pèlerinage sur terre, l’ensemble de ceux qui ont quitté cette vie, mais ne seraient pas encore arrivés à destination, et ceux qui sont entrés effectivement dans la gloire de Dieu au ciel, tous forment une seule et même famille, mieux un seul et même corps dans une grande chaîne de solidarité.  « Puisque tous les croyants forment un seul corps, le bien des uns est communiqué aux autres » (catéchisme de l’Eglise universelle n°947).C’est au nom de cette solidarité que les chrétiens catholiques estiment que leur prière pour les défunts, leurs efforts et renoncements volontairement consentis peuvent contribuer à hâter la rencontre de leurs frères et sœurs du purgatoire avec Dieu.
Ady : Vous venez d’évoquer le purgatoire M. l’Abbé, c’est quoi le purgatoire ?

Abbe betene : C’est ici qu’intervient effectivement le purgatoire.  Notons en passant que dans la bible, le geste de Judas Maccabée dont nous avons parlé plus haut était la première affirmation explicite de la foi en la résurrection des morts.  « C’était là un geste très beau et noble inspiré par la pensée de la résurrection.  Car si Judas Maccabée n’avait pas cru que ceux qui étaient tombés ressusciteraient, il aurait été inutile et ridicule de prier pour les morts » (2M 12, 43-44).En ce sens pour l’Eglise aussi, le purgatoire se situe à l’horizon du salut définitif.  C’est un peu comme un arbre qui a poussé, grandi et qui a commencé à porter des fleurs.  Il reste seulement que ces fleurs se transforment en fruits.  C’est l’achèvement d’une belle œuvre. (Première définition).

D’autres parts, Le catéchisme nous a appris qu’à la mort d’une personne, le corps est enterré et l’âme se présente à la salle d’examen.  A l’issue de celui-ci, l’âme va soit au paradis, soit au purgatoire soit en enfer selon ce que la personne aura fait ou aura été. Entre le paradis et l’enfer, le purgatoire serait l’étape intermédiaire de rattrapage, une deuxième chance donnée à celui qui n’aura pas pu passer directement (deuxième définition).  Et cette thèse s’appuie sur la tradition de la prière pour les défunts qui, avons-nous dit, est une pratique séculaire de l’Eglise.  Si l’âme allait directement au ciel ou en enfer d’où on ne peut plus jamais sortir (cf la parabole du mauvais riche et Lazare, Lc 16, 19-31), prier pour les défunts n’aurait plus de sens.  D’autre part, Dieu est absolument saint et l’homme est pécheur, deux éléments incompatibles : l’absolue sainteté et le péché.  Pour que l’homme soit en communion avec Dieu, il doit d’abord s’ajuster à sa sainteté.  Le purgatoire serait donc une étape de purification (troisième définition).Cependant, certains contestent l’existence du purgatoire qui serait plutôt une construction théologique élaborée au fil des siècles, et surtout à la suite des controverses suscitées par l’Eglise d’Orient d’abord (Concile de Florence en 1439), ensuite par la Réforme protestante (Concile de Trente en 1563).  Ils évoquent aussi les déviations qu’ils attribueraient à la doctrine du purgatoire, notamment le trafic d’indulgence qui faisait du salut une véritable affaire commerciale et qui fut le point de départ de la révolte de Luther. Toutefois, le gros argument de cette contestation de l’existence du purgatoire repose sur le fait que le Nouveau Testament n’en parle dans aucun de ses livres.  En outre dans son infinie miséricorde, Dieu peut agir comme le père de la parabole de l’enfant prodigue (Lc 15, 11-31), ce qui n’est pas à exclure à priori.  Rappelons-nous le cas du larron : « En vérité je te le dis aujourd’hui même tu seras avec moi dans le paradis. » (Lc 23, 43).

Ady: en définitive peut-on dire que le purgatoire existe ? 

Abbe Betene : Alors le purgatoire existe-t-il oui ou non ? A cette question et à toutes celles qui concernent l’au-delà, je dirais que nous croyons aux dogmes que l’Eglise nous enseigne. Pour le reste, ne vaut-il pas mieux s’en remettre à l’infinie sagesse et à l’’éternel amour de Dieu, puis se laisser conduire par son Esprit ?  Ceci n’est pas une démission qui renoncerait à réfléchir, tant s’en faut, mais l’humilité de celui qui reconnaît que telle question n’est pas à sa portée (Sir 3, 21-22).

Propos recueillis par louis colins Mawoung

LAISSER UN COMMENTAIRE

Bienvouloir rédiger votre commentaire!
Bienvouloir entrer votre nom ici