Mgr AMARA, un an déja!

0
62

Ce fameux jour est encore dans nos mémoires le 24 février 2018 la date du retour au Père du chapelain de sa sainteté. MGR AMARA tirait ainsi sa révérence pour une vie au-delà de celle que nous vivons. Au moment où l’archidiocèse commémoré sa disparition, il est important de parcourir la vie du patriarche

Prêtre de jésus christ

Né en 1933 à NKOL-MBONG, il est admis au séminaire sainte Thérèse de MVA’A le 11 novembre 1947, et est ordonné prêtre le 23 avril 1962 par MGR Jean ZOA. Il s’envole la même année pour approfondir ses études à l’institut catholique de paris et à paris Sorbonne jusqu’en 1966. En 1969 de retour au Cameroun il est directeur du séminaire saint Joseph  d’Akono de 1981 à 1985.curé de la paroisse saint  François D’AFANOYOA de 1985- 1987.  le 21-01-1995 il est nommé  vicaire général de l’archidiocèse de  Yaoundé puis administrateur diocésain de 1998 à 1999. C’est en 2001. Qu’il est envoyé en mission en NKOAYOS comme curé poste qu’il occupera pendant 17 ans. Chapelain du saint siégé depuis 2005, Mgr AMARA avait célébré le 22 avril 2017 ses 55 ans de sacerdoce et à cette occasion la communauté chrétienne de l’archidiocèse de Yaoundé lui a rendu un vibrant hommage.

Educateur professionnel et musicien de haut-vol

Qui peut médire de cet enseignant et formateur qui ne se faisait pas prier pour léguer ses connaissance et son savoir-faire non seulement  comme enseignant de français  , de musique ou de formateur mais aussi pour certain qui ont eu la chance de souvent l’assisté comme étant ses vicaires Paroissiaux.  Les exemples fort évocateur sont ceux de l’abbé François Xavier Olomo, l’Abbé Philipe Georges Mbala, l’Abbé Timothée Noah Medjo, l’Abbé bathelemy Nama et l’Abbé Michel Evouna de regretter mémoire. Prêtre oui ! Mais aussi artiste –musicien, avec les productions forte et élogieuse qui ont enrichi le répertoire des chants de plusieurs chorale de l’archidiocèse de Yaoundé en général  mais particulièrement à NKOAYOS ou le rythme Particulier des balafons est à son actif. Son imagination était grande nature.

Patriarche, Homme de culture et de valeur (aya aya aya mayi keu woé)

MGR AMARA était un homme de culture: il a traduit les textes du Missel de Dimanche et de la semaine en Ewondo. Un bon orateur et un bon prédicateur sans compter ses talents de chanteur et de compositeur qu’il mettait à profit dans la liturgie. Mgr AMARA était un prêtre profondément incarné dans sa « négritude », dans son Ewondo, fidèle à ses racines Etenga c’est-à-dire le mélange de vouté, de Bamoum et d’ewondo.il a été le premier à chanter l’évangile en Ewondo.

Il jouait le tamtam et le balafon et avais  une forte connaissance de la culture betis. Pionnier parmi les initiateurs de l’inculturation avec l’Abbé Pie Claude Ngumu, Gervais Tonyé, Basile Juleat Fouda.  IL ne manquait pas de se faire consulter par les siens. À l’exemple de l’abbé pierre Lucien BETENE qui est, lui aussi  en train d’écrire  une page importante dans la vie de notre archidiocèse. Monseigneur a eu l’occasion de voir éclore ses élèves du petit séminaire d’AKONO a l’exemple de MGR ZOA OBAMA ; MGR Joseph AKONGA, l’abbé jacques Philipe Tsala  Tsala, ou encore  l’abbé jean Marie BODO. On pourra écrire  des livres et des livres pour présenter ce prêtre multi-dimensionnel.  Ce qui est  vrai,  son amour et ses créativités continuent à porter les fruits.

Au moment où nous commémorons la première année de ta disparition, Nous élevons la voix au ciel afin que ton âme repose en paix dans l’éternité de Dieu.

LOUIS COLINS MAWOUNG    

LAISSER UN COMMENTAIRE

Bienvouloir rédiger votre commentaire!
Bienvouloir entrer votre nom ici