Les religions, artisans de paix au Cameroun

0
48

De concert avec le reste du monde, le Cameroun a célébré  le 21 septembre 2018 la journée internationale de la paix.

L’ACADIR entendu Association Camerounaise pour le Dialogue Inter Religieux a organisé pour l’occasion un culte œcuménique en la cathédrale notre dame des victoires. Cette association apolitique et à but non lucratif a pour objectifs être une plate forme de dialogue entre les religions d’une part, entre les religions et l’Etat d’autre part en vue de promouvoir la paix, la concorde et le progrès social au Cameroun. Pour mieux comprendre cette initiative la cellule de communication de l’ Archidiocèse de Yaoundé (ADY) est allée à la rencontre du révérend  Pasteur Mbog Baya Jean, SG de l’ACADIR-CENTRE

ADY : Révérend pasteur Mbog bonjour! parlons de l’ACADIR

SG ACADIR

SG ACADIR : L’ACADIR C’est  Association Camerounaise pour le Dialogue Inter Religieux. Elle est la composante de : quatre confessions religieuses à savoir : le Conseil des églises protestantes du cameroun, la conférence nationale épiscopale du Cameroun, l’Eglise orthodoxe grec du Cameroun et le conseil supérieur islamique du Cameroun. Ils se sont réunis en 2006 pour répondre à un besoin présent l’unification des fils d’un même pays qui parle au nom de Dieu dans différentes religions.

ADY : Pourquoi cette célébration inter-religieuse?

SG ACADIR : Le but de cette cérémonie religieuse est la célébration de la paix le désir de vivre la paix au Cameroun entre tous les fils et filles du Cameroun, entre toutes les religions, l’unité entre l’Eglise, les populations et leurs armées. Nous avons besoin de la paix au Cameroun pour pouvoir permettre aux enfants des régions du nord-ouest et du sud-ouest d’aller à l’école. Parler des droits de l’homme et d’aller contre toutes les formes de violences et magnifiés le vivre ensemble entre les camerounais.

ADY : Face à la situation de crise dans les régions du sud-ouest et nord-ouest qu’elles solutions que préconisent l’ACADIR?

SG ACADIR : Les religions demandent l’arrêt des violences de toutes sortes car ce ne sont pas les fils d’un autre pays qui sont en violence, mais plutôt les fils du Cameroun. Qui meurent dans les violences il est donc nécessaire que toutes les parties prenantes arrêtent les violences et qu’on s’asseye pour pouvoir analyser les éléments catalyseurs de cette violence, pour élaborer les stratégies d’une paix durable dans notre beau pays.

ADY : S’il faut parler de la journée internationale de la paix pourquoi le choix des thèmes abordés ?

SG ACADIR : Le contexte qui nous amène à évoquer de tels thèmes est lié à la crise parce que le Cameroun tout entier subit toute forme de pleur tous. Ces enfants meurent et abandonne tout et aussi parce ces enfants ne vont pas à l’école. Nous avons reçu l’exhortation des protestants qui nous ont parlé des droits de l’homme et ont présentés les différentes forme de violence qui affecte les droits de l’homme. Il était nécessaire ici de savoir que tout homme a des droits que même l’Etat a des droits. Ce qui nous entraînera sur le deuxième thème qui parlait de la paix au Cameroun car sans paix on ne peut rien faire. il a été abordé par la communauté musulmane.les orthodoxes quant à eux sont revenus nous parler de la situation difficile de rentrée scolaire dans les régions du sud-ouest et du nord-ouest et nous présenter le droit à l’éducation qui est un droit fondamental de chacun d’entre nous parce que nous devons le savoir, que malgré nos divergences, nos enfants doivent aller à l’école. L’Eglise Catholique Romaine quant à elle a exposé sur le devoir du citoyen à voter au soir du 07 octobre avec l’élection du futur président de la République. Car, pour l’accomplissement de la volonté de Dieu « tout pouvoir vient de Lui »il est nécessaire que tout citoyen accomplisse son devoir de vote. Nous exhortons aussi les uns et les autres à aller contre toutes violences post- électorales enfin que tous puissent se passer dans la paix et le respect de Dieu. Enfin nous avons prié pour les jeunes et les leaders religieux.

ADY : Expliquez-nous les enjeux de la plate-forme ACADIR ?

SG ACADIR : L’ACADIR se veut la plate forme entre l’Etat et les autres acteurs de la vie publique au Cameroun car elle est une association des religions constituées des Catholiques Romaines, les orthodoxes, les protestants et les musulmans et qui ont associé, les juifs, les adventistes, les témoins de Jéhovah…les pentecôtistes. La religion étant le pion du peuple, elle se veut donc sans violence.

Notons qu’à la fin de la célébration œcuménique, les religions ont une fois de plus donné lecture de la déclaration commune des religions invitant les camerounais à aller massivement voter le 07 octobre prochain.

Propos recueillis par louis colins Mawoung

LAISSER UN COMMENTAIRE

Bienvouloir rédiger votre commentaire!
Bienvouloir entrer votre nom ici