Biographie de Mgr René-Marie Graffin (1899-1967)

0
5

6 mai 1899 : Naissance à Pontvallain, diocèse du Mans en France, d’une famille catholique, de grande bourgeoisie terrienne. René Graffin fit ses études secondaires au collège Saint-Jean de Béthune à Versailles. Rêvant d’aventures au service du Seigneur, il songea à entrer aux Missions Étrangères de Paris, rue du Bac. Mais la destinée concrète tient parfois à peu de chose… Par une erreur providentielle, le chauffeur de taxi déposa le jeune René Graffin au 30 de la rue Lhomond, chez les missionnaires du Saint Esprit ! Le Frère portier l’envoya s’expliquer directement avec Mgr Le Roy, alors supérieur général, qui lui dit :  » Alors vous voulez vous faire missionnaire ? – Oui, répondit-il. – Eh bien, entrez chez nous, faites-vous spiritain… »

Et Mgr Le Roy prouva au jeune bachelier l’avantage de devenir à la fois missionnaire et religieux. Et c’est ainsi que le futur archevêque de Yaoundé entra au noviciat, puis au scolasticat des Pères du Saint-Esprit.

28 octobre 1925 : Ordination  presbytérale à Chevilly.

 juillet 1926 : reçoit son obédience et arrive au Cameroun. Le Père René Graffin fut placé à la mission de Mvolyé (Yaoundé), où il travailla quelques années comme vicaire de la paroisse. Le Vicaire apostolique de l’époque, Mgr Vogt, résidait à la mission de Mvolyé et le supérieur de communauté était le P. Brangers, un homme expérimenté, qui avait été auparavant missionnaire au Katanga. Tout de suite, le P. Graffin se distingua par une grande docilité et une application méthodique au travail missionnaire. C’était l’époque où l’on disait que le Saint-Esprit soufflait en tempête au Cameroun.

19 mars 1932 : Sacré évêque coadjuteur de Mgr Vogt à Notre-Dame de Paris en France par le Cardinal Verdier. Alors âgé de 32 ans, il se trouvait être l’un des plus jeunes évêques du monde. Mgr Vogt disait de lui avec un certain humour  » Mon coadjuteur a contre lui un certain défaut, c’est sa jeunesse mais il s’en corrigera vite, parce qu’en Afrique les années comptent double. »

1943 : Succède à Mgr Vogt au Vicariat Apostolique de Yaoundé.

14 septembre 1955 : Nomination comme  premier Archevêque de Yaoundé. il fut intronisé dans sa cathédrale par le cardinal Tisserant.

29 novembre 1955 : préside le sacre de Monseigneur Paul ETOGA comme Evêque auxiliaire de Yaoundé.

1961 : Démissionne de son siège épiscopal de Yaoundé. A cette même date, Mgr Jean Zoa, originaire du diocèse, sera nommé Archevêque pour lui succéder.

16 avril 1967 : Retour chez le Père ; il repose au cimetière de Chevilly-Larue.

Il reçut de Mgr Vogt la mission de continuer l’œuvre de fondation du jeune Institut religieux des Filles de Marie de Yaoundé. Son travail consistait à suivre la naissance, l’évolution et l’encadrement de la nouvelle Congrégation sous le regard vigilant et selon les directives de Mgr Vogt. C’est lui qui donna à cette famille religieuse sa vraie physionomie par une formation humaine et spirituelle. Son rapport avec les premières religieuses Filles de Marie, fut orienté sur l’animation spirituelle et, toujours en communion avec Mgr Vogt, il suscitait et renforçait auprès des Filles de Marie de Yaoundé la joie de se donner au service du pauvre. Il était évident son amour paternel pour les sœurs qu’il appelait affectueusement « Mes Chères Filles ».

Son œuvre :

Fondation des missions par les évêques spiritains :

  • A repris toutes les missions de Mgr VOGT (1943)
  • A fondé lui-même
  • Akonolinga 1945
  • Ndele 1945
  • Abong-Mbang 1946
  • Moklo S.C. 1948
  • Messa-Mvele 1948
  • Yoko 1948
  • Ndonko 1948
  • Mebassa 1948

 

  • A été déchargé en mars 1949 des missions de l’Est (Doumé)
  • Doumé
  • Lomié
  • Yokadouma
  • Batouri
  • Messaména
  • Bertoua
  • Betaré-Oya
  • Abong-Mbang

 

  • A fondé lui-même

Cathédrale            1949               Minta                         1955

Emana                  1949               Olembe                     1955

Melen Baaba          1951              Evodoula                  1955

Nkomotou             1951               Bafia (Gondon)        1956

Akongo                 1951               Afan Oyo                  1957

Mengeme              1952               Nkoabang                 1957

Ombessa               1953               Assamba                   1958

Obala                    1954               Makene                     1959

Nkol Ve                 1954               Mbankomo               1960

Balamba               1955               Elig Mfomo               1961

 

 

Sources : – La Geste des Spiritains (Histoire de l’Eglise au Cameroun

– Dépliant des Filles de Marie de Yaoundé

LAISSER UN COMMENTAIRE

Bienvouloir rédiger votre commentaire!
Bienvouloir entrer votre nom ici